Et s’il était possible d’arrêter de fumer en dormant ?

sommeil

Je viens de lire un article scientifique démontrant qu’il était possible d’apprendre certains conditionnements pendant le sommeil, ce qui m’a donné l’idée qu’il serait alors théoriquement possible « d’apprendre inconsciemment » à ne plus fumer.

Avant de vous en dire plus sur cette approche, je vais vous présenter brièvement cet article publié par Arzi et ses collaborateurs (ref en fin d’article).

Qui n’a jamais rêvé d’apprendre en dormant ? Est-ce vraiment un rêve inaccessible ? Imaginez pouvoir glisser un livre sous votre oreiller et absorber toute les informations qu’il contient ? Imaginez le nombre d’heures de gagner si vous pouviez écouter vos cours d’Anglais ou d’Espagnol pendant que vous dormez. Vous pourriez alors vous réveiller et parler cette langue couramment ?

Dans un précèdent article, je vous avais expliqué comment le sommeil permettait d’aider votre cerveau à consolider et approfondir les mémoires que vous formiez pendant l’éveil. Malheureusement, des études indiquaient qu’il était impossible d’enregistrer de nouvelles informations pendant le sommeil. A l’époque, les scientifiques avaient demandé à des sujets de se rappeler une centaine de faits énoncés à intervalles de 5 minutes tout au long de leur nuit de sommeil. Sans surprise, pas un seul sujet n’avait pu se rappeler une seule des informations qui avaient été prononcées cette nuit-là.

Apprendre en dormant serait réellement possible ! Alors que tout cela semblait scientifiquement impossible, des chercheurs ont récemment mis en évidence que le fantasme d’apprendre en dormant pourrait bien devenir réalité. En effet, les chercheurs montrent qu’il est réellement possible d’agir inconsciemment sur l’enregistrement de nouvelles informations pendant le sommeil.

Le succès de la dernière étude réside dans la simplicité du protocole de l’expérience. Alors que les sujets bénévoles étaient endormis, les chercheurs ont pulvérisé certaines odeurs agréables (par exemple, odeur de shampooing) et désagréables (par exemple, odeur de poisson pourri). Les scientifiques ont alors observé que les sujets présentaient des respirations plus profondes lorsqu’on leur présentait des odeurs agréables plutôt que désagréables. Ces expériences montrent clairement que le cerveau est capable de distinguer les odeurs pendant le sommeil de la même manière que pendant l’éveil. Les scientifiques ont alors associé chaque type d’odeur à un signal sonore. Par exemple, des odeurs agréables étaient associées à des « bip » aigus, tandis que des odeurs désagréables étaient associées à des « bip » graves.

Le lendemain matin, les deux sons étaient présentés à nouveau aux sujets sans les odeurs. Les chercheurs ont constaté avec enthousiasme que les sons aigus induisaient chez les sujets des respirations plus profondes identiques à celles associées aux odeurs agréables. De manière surprenante, cette réponse semble avoir été apprise pendant la nuit!

En d’autres termes, les sujets volontaires ont appris cette « leçon » de conditionnement pendant qu’ils dormaient. Ce conditionnement semble avoir été préservé après leur réveil. Naturellement, les volontaires ne se souvenaient pas que les scientifiques leur avaient présenté une combinaison d’odeurs et de sons pendant qu’ils dormaient.

Ainsi, de nouvelles informations apprises pendant le sommeil pourraient inconsciemment modifier le comportement pendant l’éveil.

Il est clair que l’apprentissage utilisé par les scientifiques était assez simple, et il n’est pas évident que nous pourrions enregistrer des informations plus complexes tout en dormant.

Serait-il possible d’arrêter de fumer pendant le sommeil en utilisant cette méthode? 

Il est difficile d’imaginer que nous pourrions retenir des informations déclaratives dans un état de sommeil. En revanche, il est théoriquement probable d’après l’étude présentée dans cet article que nous puissions stopper certaines addictions comme le tabac par exemple.

En effet, il serait possible d’associer pendant le sommeil l’odeur de la cigarette à un stimulus désagréable comme un son ou une combinaison de sons désagréables (musiques à connotation émotionnelle négative) ou encore une autre odeur désagréable. Ce signal négatif pourrait être adapté à chaque fumeur afin d’identifier spécifiquement le signal qui évoquerait un état interne vraim
ent désagréable susceptible de stopper le mauvais comportement de fumer.

Ainsi, après plusieurs nuits d’apprentissage, les fumeurs pourraient alors associer inconsciemment l’odeur de la cigarette à une sensation émotionnelle désagréable, les amenant à écraser leur cigarette et de stopper leur consommation de manière durable.

Maintenant que nous savons que nous pouvons apprendre quelque chose pendant que nous dormons, il sera intéressant de savoir où sont les limites de cette capacité. Que pouvons-nous ou ne pouvons-nous pas apprendre alors que nous sommes endormis ?

Référence: Arzi, A., Shedlesky, L., Ben-Shaul, M., Nasser, K., Oksenberg, A., Hairston, I.S. & Sobel, N. (2012). Humans can learn new information during sleep, Nature Neuroscience, 15 (10) 1465.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager en cliquant sur les liens des réseaux sociaux à gauche. Merci !!!